Article

Comment rester calme en voiture

Comment rester calme en voiture

Comment ne plus s’énerver au volant ou au guidon ? Cette question concerne tous ceux qui doivent se déplacer en voiture, en moto ou en vélo, car un trajet en ville, c’est la garantie d’être sous tension. Que ce soit à cause de l’agressivité des autres usagers de la route, des bouchons et ralentissements ou de l’impossibilité de trouver une place de parking, un trajet en voiture est très inconfortable. C’est une perte d’énergie inutile qui a des répercussions négatives sur votre corps, votre travail et votre vie personnelle. Voici 4 solutions pour rester calme en voiture et utiliser ce temps de déplacement positivement.

Pourquoi il est important de ne plus s’énerver en déplacement ?

La 1ère raison est que s’énerver durant les transports renforce le stress chronique. Ce n’est pas facile de rester zen en voiture, en moto ou en vélo. On est plutôt sur le qui-vive, irrité, énervé, impatient, tendu, crispé. On peut même transpirer, même si en soi on ne fait pas d’effort, on ne fait que conduire. On veut arriver rapidement à destination et le voyage devient une lutte inconfortable. On peut vivre la même chose dans les transports publics, les trains, les métros. Les véhicules sont bondés, tout le monde court, notre cerveau doit gérer beaucoup d’informations.

Quand on vit tous les jours ces conditions de déplacement, on se lève le matin avec une légère tension à l’idée de prendre son véhicule ou d’utiliser les transports publics. Nous sommes inconsciemment sous stress et dès qu’on se déplace, on est en zone rouge. Et quand on arrive au travail ou le soir à la maison, on est épuisé par ce déplacement, on a le corps courbaturé et la nuque tendue.

La 2ème raison est que s’énerver dans les transports est une perte d’énergie totalement inutile, car elle ne nous aide pas à aller plus vite. Nos colères, nos irritations ou nos impatiences nous épuisent, alors que nous avons besoin d’énergie pour nous sentir performant, de bonne humeur en famille ou supporter la pression du quotidien.

Face à un danger perçu, le cerveau déclenche une réponse de stress qui peut prendre trois formes : l’attaque, la fuite ou l’inhibition. En mode attaque, on est tendu, agressif, on veut que les choses avancent, on veut éliminer l’obstacle. On a la mâchoire crispée, le haut du corps contracté, et les pensées agitées.

Face à un danger perçu, le cerveau déclenche une réponse de stress qui peut prendre trois formes : l’attaque, la fuite ou l’inhibition. En mode attaque, on est tendu, agressif, on veut que les choses avancent, on veut éliminer l’obstacle. On a la mâchoire crispée, le haut du corps contracté, et les pensées agitées.

Quand on s’énerve en voiture, nous sommes donc en mode attaque. On l’observe quand on réagit par l’agacement, quand on claxonne ou qu’on invective un autre automobiliste. En voiture, la colère monte vite car notre cerveau ne cesse d’analyser tous les dangers. Les dangers réels, puisqu’il existe parfois un risque vital sur la route, mais aussi d’autres formes de « dangers » pouvant nous causer des ennuis, comme le fait de ne pas arriver à l’heure à destination, de rater un train ou un avion, d’arriver après la fermeture de l’école etc…

Troisièmement, il y a le risque d’automatiser ce comportement de stress. Lorsque on commence notre parcourt en s’énervant, on garde cette énergie négative pendant tout le trajet et même après. Arrivé à destination, on est tendu, agité et déconcentré. Imaginez que si vous avez 1h30 de déplacement dans la journée, ça veut dire 1h30 en mode « attaque », ce qui implique de changements importants sur vos organes internes, votre système nerveux et vos hormones (hyperlien sur l’article sur le stress). De plus, conduire en état d’énervement vous expose à des risques inconsidérés ou des pertes de concentration qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses, comme un accident.

Le problème, c’est qu’à force de répéter ce comportement durant vos transports, il va se fixer en vous, en mode automatique. Ça devient un comportement acquis. Plus vous répétez vos énervements au volant, plus vous êtes amené à le faire. Plus vous êtes tendu au guidon, plus vous le serez. Au bout d’un moment, vous ne pouvez plus vous déplacer sans être furax et agressif. Tous les autres véhicules sont considérés comme des obstacles qui vous empêchent d’atteindre votre objectif, à savoir arriver à destination, si possible à temps. Peu à peu, ça contribue à faire de vous une personne stressée et donc plus fragile.

Si vous éliminez le stress durant vos déplacements, vous arrivez au travail détendu et plus performant, et vous rentrez le soir à la maison sans tension, ce qui participe à maintenir de bonnes relations avec vos proches.

S’entraîner à être zen au volant

La clé pour sortir du stress chronique est d’enlever des morceaux de stress de vos journées et de profiter de chaque occasion pour reprogrammer vos réactions émotionnelles.

La conduite d’un véhicule ou les déplacements en transports publics sont typiquement des situations où nous avons l’opportunité de nous habituer à vivre sans stress. C’est une situation que l’on peut qualifier de « terrain d’entraînement ». Ces terrains d’entraînement, ce sont toutes les situations du quotidien dans lesquelles on vit une tension inutile, comme aller faire ses courses au supermarché, attendre son tour dans une file à la poste, marcher dans une rue bondée, enregistrer ses bagages à l’aéroport, attendre trop longtemps d’être servi au restaurant, ou bien sûr être bloqué dans la circulation. Le stress ne nous apporte aucune ressource supplémentaire pour échapper à un bouchon, on a du temps, donc profitons-en pour corriger nos comportements. Grâce à cet entraînement, on peut rapidement devenir zen durant nos transports.

Quand on arrive à changer notre façon de réagir dans un contexte spécifique, on se sent ensuite confiant de garder son calme dans d’autres situations, au travail ou en famille, qui deviennent à leur tour des terrains d’entraînement.

Téléchargez gratuitement le guide « Dix conseils pour se libérer du stress » :  16 pages d’exercices concrets pour réduire votre stress au quotidien.

 

4 conseils pour ne plus s’énerver durant les déplacements

Conseil 1 : Développer votre conscience.

Il faut reconnaître qu’on ne peut pas agir sur la circulation et qu’il est inutile de dépenser autant d’énergie pour aucun résultat, et surtout reconnaître quand vous êtes stressé au volant. Vous devez être conscient de ce que vous vivez, c’est un préalable à toute action correctrice. Avant de tourner la clé, identifiez si vous êtes tendu, soit parce que vous êtes en retard, soit parce que le rendez-vous qui motive votre déplacement est délicat. Pendant la conduite, soyez attentif à votre respiration (le stress provoque souvent des apnées), aux tensions à la nuque et aux épaules, à votre dialogue intérieur négatif sur les autres automobilistes, ainsi qu’à vos comportements. Le préalable pour agir, c’est d’avoir la conscience que nous sommes sous stress.

Conseil 2 : Utilisez ce temps pour bien respirer.

Toutes les études prouvent que l’impact d’une bonne respiration sur le corps est immense. Profitez de chaque feu rouge, ralentissement ou mise à l’arrêt pour respirer profondément. Avec une profonde inspiration complète et ventrale, la respiration « 3 étages », vous oxygénez votre organisme et augmentez votre énergie, et à chaque expiration prolongée, vous vous relaxez. Il est important de respirer avec le ventre, et d’insister sur une longue expiration. Faites-le à chaque fois que vous êtes immobilisé ou ralenti. C’est toujours à l’expiration qu’on se calme.

Relâchez aussi le haut du corps, tout en ancrant le bas du corps dans votre siège. C’est vraiment le relâchement du corps qui va être efficace pour diminuer le stress au volant.

Conseil 3 : Restez calme quand les autres s’énervent

Ne réagissez pas aux appels de phares, à ceux qui conduisent mal ou vous injurient, ne donnez pas de coups de klaxon ou ne lever pas votre doigt, ça va augmenter votre colère et provoquer des réactions qui peuvent dégénérer.

Ce travail vous permet de gagner en maîtrise et de mettre de la distance entre la situation et vos réactions, en vous posant quelques questions qui vous aident à rester calme. Est-ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ? Est-ce utile de réagir à toutes les colères des autres ?  Est-ce que je veux perdre mon énergie pour gagner quelques minutes, pour ne pas me faire doubler dans le trafic ou pour une place de parc ?

Soyez également attentif à vos jugements hâtifs. Si une personne vous passe devant, ne réagissez pas comme si c’était une agression dirigée contre vous, mais gardez l’option que son intention première n’est pas de vous faire une queue de poisson. Ne tombez pas dans le piège du « biais d’attribution », qui nous fait juger les intentions d’une personne à partir de l’observation de son comportement.

Si vous êtes stressé dans vos déplacements, vous n’êtes pas le seul. On peut soutenir l’hypothèse que la grande majorité des usagers de la route sont sous stress, tendu et prêt à exploser. Ne pas vous sentir directement agressé par les réactions de ceux qui vous entourent vous sera bien plus profitable que de passer le reste du voyage à invectiver dans votre tête quelqu’un dont vous n’avez même pas vu le visage.

Conseil 4 : Programmez mentalement votre trajet différemment.

Quand vous vous déplacez d’un point à un autre, vous le faites habituellement avec la volonté d’arriver à destination. Vous vous dites : « je veux arriver là ». Vous programmer donc votre cerveau en mode « recherche de résultat ». De cette manière, tout ce qui vous empêche d’atteindre votre objectif va provoquer un stress. Pour votre cerveau, chaque ralentissement, bouchon ou conducteur qui lambine devant vous est considéré comme un danger et il vous fait réagir comme si c’était un tigre à dents de sabre.

Il faut donc sortir du mode « résultat » pour activer le mode « processus ». Si avant de commencer votre trajet, vous vous dites : « Pendant une heure, je ne fais que conduire, ou me déplacer, et j’accepte de me concentrer dans ce processus ! », vous n’aurez plus cette sensation d’être freiné. Car quand on s’engage dans le processus, on accepte inconsciemment tout ce qui a trait à celui-ci, même les bouchons. C’est une petite programmation du cerveau juste avant de tourner la clé, mais vous verrez que l’effet est étonnant.

Découvrez la formation digitale « Gestion du stress et de l’énergie »

Se libérer du stress en voiture : un gain d’énergie incroyable!

Le stress causé par vos déplacements entretien le stress chronique, dont les conséquences sont négatives dans votre travail, votre famille et votre vie en général. Pourquoi ne pas vous en libérer en les transformant en moment de calme et de plaisir ?

C’est facile d’y arriver, et rapide. Au début ça nécessite une certaine attention, mais si vous répétez ce nouveau comportement pendant une dizaine de jours, il va devenir de plus en plus automatique. Vous n’aurez plus besoin de faire d’efforts pour diminuer le stress, vous serez naturellement plus calme au volant ou au guidon, ou coincé au milieu d’une foule dans les transports publics.

Imaginez l’énergie que vous aurez préservé durant une année. Si vous avez 2 heures de déplacement par jour ouvrable, ça représente 470 heures par année. Vous pouvez faire disparaître 470 heures de stress rien qu’en changeant votre comportement sur la route. Vous imaginez le gain d’énergie ? Et toutes les situations problématiques évitées ?

Être zen sur la route, c’est possible et c’est un véritable « Game Changer » pour votre qualité de vie.

© Denis Inkei, Mind Center

 

Pour offrir ces conseils à d’autres et nous donner un petit coup de pouce, n’hésitez pas à partager nos articles, merci !

Si vous avez des questions ou un sujet sur lequel vous aimeriez recevoir des conseils, écrivez-nous à : info@mindcenter.ch

Découvrez d’autres articles

reprendre le contrôle du mental Denis Inkei

Reprendre le contrôle du mental

Découvrez les techniques efficaces pour reprendre le contrôle de votre mental, afin de ne pas être contrôlé par lui.

les fausses croyances sur les pensées

Les fausses croyances sur les pensées

Il est possible de reprendre le contrôle du mental. Voici six fausses croyances courantes sur les pensées.

Éviter le burnout

Comment sortir de l’épuisement et éviter le burnout ? Voici une stratégie en 3 étapes pour retrouver votre énergie.

Les 6 principes pour reprendre le contrôle du mental

Reprendre le contrôle du mental

Comment apaiser anxiétés et ruminations? Voici six principes pour reprendre le contrôle du mental, afin qu’il cesse de vous contrôler.

Triangle de Karpman Perrine Valli

Sortir du triangle de Karpman

Le Triangle de Karpman est un piège relationnel qui abime nos relations. Voici 3 conseils pour en sortir.

vaincre la peur de parler en public

Vaincre la peur de parler en public

Parler en public peut être très inconfortable. Voici 3 étapes pour se libérer de cette angoisse.

le sport n'aide pas à gérer le stress denis inkei mindcenter

Le sport n’aide pas à se libérer du stress

Faire du sport pour se libérer du stress chronique n’est pas la solution. Voici 3 étapes bien plus efficaces pour ne plus stresser..

surmonter les obstacles du couple, Perrine Valli Mind Center

Dépasser les obstacles du couple

La réussite d’un couple passe par la gestion des conflits. Voici 5 étapes pour dépasser les obstacles et retrouver l’harmonie.

Retrouver le plaisir du couple

Retrouver le plaisir du couple

Comment retrouver le plaisir de vivre ensemble lorsque le quotidien est difficile ? Voici 5 conseils simples pour améliorer sa vie de couple.

comment rester concentré malgré les interruption

Rester concentré malgré les interruptions

Les interruptions sont une grande cause de stress. Voici 3 conseils pour rester concentré malgré les dérangements au bureau.

Denis Inkei et Perrine Valli

Denis Inkei et Perrine Valli

Nous vous proposons

Des formations sur mesure

Prenez contact avec nous pour une offre personnalisée
Guide dix conseils pour se libérer du stress par Denis Inkei Genève

Dix conseils pour se libérer du stress

Recevez votre guide gratuit pour rester zen dans votre quotidien

Bloom - Aimants à clients

Merci pour votre inscription.